VOS SOUTIENS à CORNEGIDOUILLE


Le festival est en danger

Nos dernières démarches concernant l’avenir de Cornegidouille confirment malheureusement nos craintes.

Le vote des subventions du Conseil Général a eu lieu mercredi 18 décembre. Une baisse drastique de 70% de la subvention allouée par le CG a été votée.

Le festival risque donc de disparaître.

Vous avez étés nombreux à nous exprimer votre soutien.
Votre mobilisation nous encourage.
Nous avons reçu de nombreux messages de soutien (vous les trouverez en fin de page). Nous vous remercions sincèrement de si joliment mettre en mots ce que le festival représente pour vous : public, artistes, partenaires.
Pour ceux qui voudraient encore témoigner, il est toujours temps (via le site ou en écrivant à festcornegidouille@yahoo.fr).
Très personnels et plus significatifs qu'une simple pétition, ces textes nous prouvent que nous ne sommes pas les seuls à vouloir que le festival poursuive sa route... à vos côtés, ensemble. Ils vont nous être utiles pour la suite de la mobilisation.

Patricia Cabarat,enseignante à Fontaine Simon
Cornegidouille c’est
Comme une évidence, une chance, une mine, pour nous enseignants qui pouvons chaque année emmener nos élèves toucher de près le spectacle vivant. Cornegidouille, un festival, qui par ses propositions de la maternelle au lycée nous permet d’aborder des thèmes, de plonger les élèves dans des réflexions, des débats, des confrontations,nous donne des pistes de travail. Chacun des spectacles, prétexte si précieux, nous permet d’inviter à la réflexion, de créer une interdisciplinarité, de bâtir des liens et des ponts avec les différents apprentissages, d’enrichir la mémoire collective de la classe. Cornegidouille, c’est aussi des ateliers qui permettent aux élèves de rencontrer des œuvres et des univers artistiques. Cet sont aussi des moments où certains élèves, habitués à l’ombre où ils préfèrent se réfugier en classe, deviennent soudain surprenants, éblouissants et qui, grâce à ces instants magiques, se révèlent dans le regard des autres et au regard des autres. Cornegidouille, c’est aussi des rencontres, des discussions, des échanges épistolaires, graphiques entre les artistes et les élèves. Cornegidouille, c’est enfin et surtout le plaisir que chacun d'entre nous ressent, lorsqu’il entre dans une salle de spectacles, impatient que la lumière s’éteigne et que la magie s’opère. Chacun recevra ce moment différemment selon sa sensibilité, mais il fera émerger des émotions des interrogations et ne laissera personne indifférent. Il contribuera à mobiliser notre imaginaire, à « opérer une médiation qui permet de tenir le réel à distance ». Cornegidouille, passeur bienveillant entre le monde scolaire et les œuvres artistiques. Cornegidouille, une évidence…

Jessica Daviau,spectatrice, maman de Séraphin et Hélios (7 et 2 ans)
Trop déçus si le festival disparaît. J'ai pu y emmener mon fils dés l'âge de 6 ans...un merveilleux moment. Dans un monde où la TV remplace tout il est important d'avoir encore un peu de culture pour les plus jeunes. Mon fils et moi même nous vous suivons depuis 7 ans et mon petit dernier à fait son premier spectacle l'année dernière, encore un merveilleux souvenir pour lui et pour nous. Gardez le festival !

Michèle Ansel, documentaliste au collège de Brezolles
Bravo et merci au festival Cornegidouille et aux artistes qui y participent. Chaque année, ils apportent la joie et la culture dans les plus petites communes, les plus reculées, permettant ainsi aux plus isolés de connaître de purs instants de bonheur. Continuez ainsi très longtemps de nous apporter oxygène et ouverture sur le monde.

Marie-Francoise Le Bris, enseignante à Janville, maman à Fresnay l'Evêque
Sans Cornegidouille, ni mes élèves de CM2, ni mon fils, tous vivant au fin fond de la Beauce, n'auraient pas pu voir le magnifique "Les mains de Camille", qui les a éblouis! L'ouverture culturelle a un prix : comment ouvrir les yeux de nos enfants sur les beautés du monde si on les laisse devant leurs multiples écrans -nounous bien pratiques !?

Isabelle Ferrarese, spectatrice et enseignante
Pour l'avoir vécu en tant qu'enseignante et aussi à de multiples reprises en tant que maman, quel plaisir de voir les petits yeux des grands comme des petits s'écarquiller quand le spectacle commence, quand l'émotion nous envahit et que l'on n’a pas envie que le spectacle se termine! Quelle chance d'avoir en Eure-et-Loir ce festival de Cornegidouille avec des spectacles de qualité et des gens qui s'investissent. Merci pour que cela continue.

Sarah De Gryse, enseignante au lycée Fulbert
Quelle surprise et quelle déception pour moi d’apprendre aujourd’hui quece beau festival est en danger ! Mes enfants ont profité de spectacles formidables. J’espère que de nombreux messages vous parviendront ainsi pour soutenir votre action, pour que de nombreux enfants puissent encore toucher du doigt un univers artistique si riche.

Amélie Dumay, spectatrice, maman de Lubin, Maxence et Cassandre, 6, 5 et 2 ans
Le festival Cornegidouille voit grandir mes loulous, nous adorons pouvoir avoir accès à sa distribution variée et ouverte à tous... et j'espère que ce festival accompagnera encore longtemps mes enfants...Tenez-nous au courant. A Bientôt

Marie-France Delaloy, spectatrice, enseignante retraitée
Mes 3 petits enfants ont eu du Cornegidouille "dans leurs biberons" et ça les a aidés à grandir. Que d'émotions, de questions, de joies... Quel dommage ce serait de priver les petits Euréliens d'une telle chance! Tous mes vœux de bonne poursuite au festival!

Gabriel Milet, spectateur
Merci à Cornegidouille , à ses super spectacles ,à ses grands plaisirs , à ses petits et ses grands moments,à ses super choses qui font que l'on sort heureux d'un spectacle,et plein d'autres grandes et petites choses.......!!

Capucine Cordonnier, documentaliste au collège Jean Monnet (Luisant)
Un petit message de soutien à Cornegidouille qui rend le spectacle vivant en Eure-et-Loir. Un festival, ancré dans un département rural assez pauvre en manifestations culturelles, doit être soutenu ! Il rend heureux les spectateurs, particuliers ou scolaires, permet des rencontres avec des artistes et, grâce à des tarifs modiques, permet à chacun d'accéder à la culture. Vive Cornegidouille ! Cornegidouillement vôtre

Aude Moirin, enseignante à l'école Maternelle Henri IV (Chartres)
Comment décrire et écrire tout ce que peut représenter un festival comme Cornegidouille ? Ce rendez-vous que l'on attend, chaque année, du plus profond de notre âme d'enfant ... ces rencontres, ces retrouvailles, ces émotions délicieuses que l'on emporte avec nous d'une année à l'autre ... ces personnages, ces situations, ces mises en scène qui éveillent en chacun de nous une flamme toujours plus vivante ... ! Ce festival, où l'on se rend avec des amis, avec des élèves, avec des "comme nous" que l'on ne connaît pas plus que ça mais que l'on reconnaît ou, tout simplement seul(e), représente bien plus à mes yeux qu'une simple programmation de spectacles : c'est un feu d'artifice de qualité, de générosité, de subtilité, d'humilité, de questionnements, d'enrichissement et de beauté ! Ce festival contribue d'année en année à faire vivre le rêve, source forte de toute humanité, et pour cela, je le remercie. Finalement, il n'est pas si difficile de décrire et d'écrire tout ce que peut représenter un festival comme Cornegidouille...

Nathalie Veille, spectatrice
Je vous adresse tout mon soutien et je souhaite que le festival Cornegidouille se poursuive. Les spectacles présentés sont enrichissants pour les enfants et les adultes. Mes enfants et moi-même sommes toujours ravis d’assister à une de vos représentations.Cordialement

Hélène Keith, rrofesseure de lettres et référente culturelle au lycée Jehan de Beauce (Chartres)
Un événement annuel attendu tant par les professeurs que les élèves qui ont goûté souvent pour la première fois au spectacle vivant grâce à notre collaboration avec Isis et la Ligue de l'enseignement. Des rencontres inoubliables avec des acteurs de grande valeur qui ont su capter l'intérêt des jeunes sans jamais proposer des spectacles faciles ou au "rabais" Si j'étais un enfant, La prose du Transsibérien, Valises, L'événement pour ne citer qu'eux.
Des ateliers en lien avec la programmation toujours de qualité et très porteurs pour les élèves: marionnettes, diction mise en jeu etc. Des liens qui ont abouti à des projets de grande envergure comme Aux Arts lycéens à plusieurs reprises, avec notamment la compagnie Clastic théâtre autour du thème de la valise et des marionnettes avec atelier d'écriture avec un professionnel. Une résidence de création avec Marion Maret pour JAAPP. Des actions avec les élèves de BTS ESF au FAC et pour la communication.
Cornegidouille c'est tout cela et aussi une équipe dynamique, à l'écoute et des propositions variées et toujours adaptées aux élèves et aux attentes. C'est une collaboration efficace et incomparable. Une offre de spectacles variés adaptés à tous les publics sur un mois qui permet aux familles de découvrir cet univers indispensable à notre formation de citoyen et d'Homme qu'est le spectacle vivant.
C'est cette qualité de l'offre et cette diversité qu'il faut maintenir.

Marion Bouchet, spectatrice, maman de Lana et Mélina (8 et 5 ans)
Je n’habite pas dans le département où existe Cornegidouille mais je l’ai découvert grâce à mes enfants qui ont pu voir des spectacles lors de leur passage chez leur arrière grand-mère. Eh oui, vous avez bien lu : votre festival touche toutes les générations. Ces dernières années, ma grand-mère nous parlait souvent de Cornegidouille, elle y va depuis longtemps, pour son plaisir, sans obligatoirement être accompagnée par un plus petit. Elle découvre toujours des spectacles étonnants et nous met l’eau à la bouche à chaque fois.
Une année, ma fille aînée était en vacances chez elle pendant le festival, avec son cousin. Ils ont eu la chance de voir plusieurs spectacles, à Chartres mais aussi en campagne. J’en ai entendu parler longtemps et lorsque ma grand-mère apporte le programme Cornegidouille, ils espèrent toujours y aller.
J’habite en campagne près du Mans, je suis assistante maternelle et j’aimerais bien que ce genre de festival existe ici aussi, pour mes enfants, ceux que je garde mais aussi pour nous, les parents, car c’est très rare de voir un spectacle en famille qui enchante tout le monde. On a eu cette chance l’an dernier avec Un nuage sur la terre. Et en plus on a participé à une fête très sympa le même jour avec des dessins, des marionnettes, un goûter et une belle ambiance chaleureuse.
Si tout cela doit disparaître, quelle tristesse !!!

Caroline Romette, spectatrice
Le festival Corniguidouille c'est
comme la cerise sur le gâteau,
une lueur d'espoir dans un monde sans pitié,
une étoile qui s'allume et qui brille dans les yeux de mes enfants,
un espace de liberté pour l'imaginaire
une ressource d'énergie énOrme pour continuer sur le chemin

Catherine Soulier, enseignante en maternelle
Bravo à vous tous!!
Quel plaisir d'aller vous applaudir, durant toutes ces années, pas une seule déception, que d'oeuvres variées et de qualité vous nous avez proposé. J'espère de tout coeur que vous pourrez continuer à nous proposer du rêve, du rire surtout pour les enfants que vous contribuez à ouvrir au monde et aux autres.
Encore merci et à très bientôt j'espère pour de nouvelles rencontres.

Virginie Patoz, professeur de philosophie et de théâtre au lycée Silvia Monfort (Luisant)
Le festival cornegidouille est un festival important et de grande qualité.La fragilisation de la culture est toujours un très mauvais signe, signe que la générosité de coeur et d'esprit se fait plus rare.
Cornegidouille est aussi le symbole de l'éducation à l'art. Quoi de plus utile que de donner aux enfants le goût de la liberté, du jeu de l'imaginaire?!
En tant que professeur en option théâtre, je considère que l'équilibre d'un être et d'un territoire passe par ces moments de spectacles; les communautés s'y créent, les échangent s'y font, l'avenir s'y consolide.

Céline Le Roux, spectatrice
Ce festival est extraordinaire et permet à nos enfants de s'ouvrir sur le monde du spectacle. Les représentations sont de qualité et diversifiées. Mes enfants adorent...

Pauline Mercier Zankanani, spectatrice
J'écris cet email pour témoigner du fait que Cornegidouille nous a fait rêver le temps d'un spectacle très poétique au forum de la Madeleine à Chartres en mars dernier.
Il faut tout faire pour sauvegarder ce festival car il sait charmer son public de tous âges et la poésie est indispensable aux enfants et aux âmes sensibles.Bonne chance.

Véronique Reaud, spectatrice
C’est une initiative originale et une manifestation de qualité. Il faut à tout prix que Cornegidouille soit sauvé !!

Josette Delmont, spectatrice, enseignante retraitée
Fidèle spectatrice et accompagnatrice du festival Cornegidouille depuis plusieurs années, je tiens à soutenir et encourager cet événement artistique.Pourquoi ?
Mille et une raisons. Cornegidouille nous emporte loin de notre quotidien, nous offre poésie, émerveillement, découverts variées et diverses.
Cornegidouille réunit, grands et petits, adultes, ados et enfants dans un même élan de folie, de bonheur, de plaisirs partagés.
Longue vie à ce festival.On vous aime et on a besoin de vous.

Virginia Ayache, spectatrice, maman de Yanis et d’Iliès (7 et 5 ans)
J’ai eu l’occasion à plusieurs reprises d’accompagner mes enfants et leur école à des représentations scolaires et de les emmener ensuite à des séances tout public. A chaque fois les spectacles étaient très intéressants, joués par des acteurs de grand talent qui savaient capter l’attention des petits et des grands.
Il est important pour nos enfants d’avoir facilement accès à la culture, et ce festival est accessible à tous, peu importe le milieu d’où l’on vient.

Florence Lecci, spectatrice
Je voulais témoigner de tout l’intérêt du festival Cornegidouille. A titre personnel d’abord, je pense que les meilleurs spectacles jeune public auxquels j’ai pu assister avec mes enfants étaient programmés dans le cadre de ce festival.
Toujours d’une grande qualité, d’une véritable exigence… bref, un véritable travail artistique qui nous prouve que l’on peut allier jeunesse, art et exigence. A l’ère des grands spectacles « débilisants » et vulgaires, ce festival est une véritable bouffée d’oxygène.
En tant que pédagogue ensuite, j’ai vu des enfants véritablement touchés par les spectacles programmés lors de ce festival. Je travaille avec des publics dits ‘’difficiles’’, qui n’ont, pour la plupart jamais accès à la culture (à part celle dite de la télévision…) et donc, qui n’ont pas de ‘’référence’’. Pourtant, ces spectacles ont toujours su les atteindre tant par les sujets abordés que par les différentes formes scéniques utilisées.
A l’ère de la monté de tous les extrêmes, du sectarisme des idées, de l’appauvrissement matériel et intellectuel, ce festival est bien plus qu’un divertissement, il devrait être reconnu d'utilité publique!

Janine Orssaud, professeur retraitée d'EPS, ex - formateur, spécialiste de danse et co-fondatrice de Danse au Cœur
12 années de spectacles pour tout public, de la qualité, de la diversité, une mine de culture, de vraie culture populaire qui nourrit l'école et la société etse nourrit d'elles, c'est Cornegidouille. Dans un monde qui se nourrit de xénophobie, de course à la consommation et de médias rampants il existait encore des ilots de culture menés par des personnes pour lesquelles se situe là l'effort vers l'humain.
Cornegidouille, comme la danse à l'école est porteur de cette culture vivante en train de se faire dans l'échange et la formation mutuelle. Ce devrait être la fierté de nos institutions locales de se battre pour que durent ces évènements et que les enfants connaissent cette joie de la création artistique et de la fréquentation des œuvres.
Notre département a su être à la pointe de telles dynamiques culturelles et c'est dommage qu'il oublie cette histoire. Plus que de finances il s'agit d'avoir une véritable volonté politique, et je souhaite que vous l'ayez pour que Cornegidouille continue à vivre.
Nos enfants, qui sont les adultes de demain, doivent pouvoir épanouir leur esprit à travers le rêve et l’imaginaire via des rencontres tantôt fantastiques, tantôt drôles ou tristes et qui, bien souvent, leur apprennent la vie et ses travers ou ses moments de joie qu’il faut affectionner.
Mes enfants me demandent souvent quand ils vont pouvoir aller aux spectacles, et je dois leur dire que pour le moment, le festival Cornegidouille est en danger. Je trouve ça très triste et j’espère que cette année encore nous pourrons assister à de superbes spectacles.
Je tiens au passage à féliciter les organisateurs de ce festival qui propose chaque année de belles choses et qui, à chaque fois, nous accueille avec gentillesse et bienveillance.

Catherine Depont, spectatrice
Pourquoi ne plus soutenir ce festival Cornegidouille source vivante de spectacles tout public ? Depuis qu'il existe j'ai pu goûter avec délice la richesse, la variété, l'originalité, la pertinence des choix des organisateurs.
Des thèmes qui donnent à réfléchir sur la vie des petits et des grands , qui nous entraînent grâce à des textes, des mises en scène, des décors, des comédiens d'une rare qualité artistique !
Doit-on continuer à laisser mourir l'art vivant et la culture ?

Stéphanie Toutain, professeure de lettres et de théâtre au collège Louis Blériot Toury)
Merci, Cornegidouille,
Voilà maintenant plusieurs années que nous avons la chance, je dirai même le privilège, de profiter d'un festival de qualité dans notre région, le vôtre. J'enseigne depuis plus de dix ans dans un petit collège d'Eure et Loir, et je constate chez mes élèves un manque, une fissure. Ils savent si peu rêver....Là où ils vivent, la culture reste un vague nom commun, une sorte d'iceberg, perdu dans l'océan des nouvelles technologies, dont seule émerge une minuscule partie, une connaissance superficielle et plate, obstinément télévisuelle.
Le théâtre n'est qu'un mot sans saveur, une image abstraite pour la plupart des élèves. Et de leur famille, souvent... La magie des spectacles vivants n'existe pas pour eux !
Le plaisir des yeux..., le goût subtil des mots...., l'éphémère éblouissement des idées...., la richesse de la création humaine.....
Depuis que nous avons ouvert un atelier et un club théâtre dans notre collège, nos élèves voient de quatre à six pièces par an, et chaque année ils découvrent plusieurs spectacles de qualité grâce à notre partenariat avec vous. Les échanges avec les acteurs nourrissent leur réflexion après que les pièces leur aient comblé les yeux.
Les pièces accueillies dans l'établissement les marquent, le fait si rare que leur collège, parfois tellement subi, tellement abstrait, devienne un lieu de vie et de création les transporte ailleurs. Les ateliers les invitent à ne plus se cacher, à oser, à se découvrir autrement; et chaque fois un petit miracle se produit.
Les spectacles vivants ne sont pas remplaçables par des écrans, la richesse du théâtre ne se vit qu'en instants fragiles, et l'homme d'aujourd'hui a toujours besoin d'art. Nos élèves, plus que d'autres peut-être, de par leur milieu souvent rural et parfois défavorisé, ont besoin de vous, vous les faites grandir en leur offrant un autre regard sur le monde.
Merci donc à vous pour vos programmes de qualité, pour cette ouverture au spectacle vivant même là où il n'est qu'un vague concept.
Merci pour les rires, les larmes aussi, les silences, les applaudissements, les discussions.....
Merci pour les questionnements, le développement de l'esprit critique, celui des goûts personnels.....
Merci pour cette autre dimension qui éveille et nourrit, qui fait Homme, qui libère.....
Merci pour eux !

Aline Karnauch, professeure à l’ESPÉ de Chartres(ex-IUFM)
Professeur de français à l'IUFM (devenu Espé) j'ai emmené durant plusieurs années des étudiants, futurs professeurs d'école, au festival Cornegidouille ; il ne s'agissait pas d'un "supplément d'âme" mais d'un aspect non négligeable de la formation. Formation culturelle et pédagogique... Pour certains d'entre eux c'était la possibilité de découvrir l'art théâtral auquel ils n'avaient pas encore eu accès, d'échanger avec des artistes.
Pour tous c'était la découverte de spectacles vivants "jeune public" de grande qualité et l'occasion d'un questionnement sur leur pratique d'enseignants : comment sensibiliser tous les enfants aux arts de la scène ? Que faire en amont et en aval des spectacles ? Quelles compétences sont ainsi travaillées ?
La très grande qualité de ce festival, les multiples rencontres et animations qui l'accompagnent sont une grande chance pour notre département : non seulement pour les très jeunes spectateurs, mais également pour les futurs professeurs qui se doivent d'être des passeurs de culture.
Il faut que le festival Cornegidouille continue de vivre !

Barbara Lesimple, professeure de lettres au collège Jean Monnet (Luisant)
C'est toute une partie de la richesse de notre enseignement que nous perdons en perdant Cornegidouille. On demande pourtant à l'école de s'ouvrir sur le monde extérieur! Où nos élèves retrouveront-ils cette richesse et ce partage? Ils avaient, pour une fois, tous la même chance d'accéder au monde du spectacle vivant!
Je continuerai de voir des spectacles et d'y amener mes enfants... Et mes élèves?
Tant pis pour eux?! Des moments "magiques" à l'école disparaissent avec Cornegidouille.
Merci pour tout ce que vous avez fait pour nous.

Sabrina Leliard, spectatrice
Cornegidouille,
C’est le plaisir de découvrir dans les yeux des enfants, et de mes enfants, l’impatience de voir la lumière s’éteindre et la magie opérer…
C’est le retour à la maison avec toutes ces questions, ces échanges, cet imaginaire… et l’envie d’y retourner.
C’est aussi leur envie de partager, avec leurs camarades de classe, ce qu’ils ont vu…
Et là, je me dis qu’ils ont passé un beau moment !!!

Roxane Milet, professeure de lettres aux collèges de Luisant et Bonneval
Cornegidouille a l'âge de mon deuxième fils.... 12 ans
12 éditions toujours riches, étonnantes, différentes... qui ont fait grandir les petites et les grandes personnes
J'y ai emmené mes enfants, ma famille, mes amis, mes élèves et toujours du bonheur, des émotions partagées, des discussions, des questions que peut-être on ne se serait pas posé ou alors autrement, moins bien, moins fort.
Cornegidouille j'aime tant que j'en suis devenue militante depuis plusieurs années maintenant. J'ai essayé d'accompagner au mieux ce beau projet. Nous avons douté parfois , nous avons eu des déboires, des déceptions bien sûr, des ratés peut être mais finalement nous avons vibré si fort.
Alors aujourd'hui Cornegidouille menacé, ce n'est pas juste. C'est du rêve, des rencontres vraies, de la nourriture, de la mixité sociale................ dont on nous priverait.
C'est aussi toute une économie qu'on fragilise, c'est un service dans le sens noble du terme dont on prive le public, ce sont des situations professionnelles précarisées, et les artistes qui encore une fois sont les victimes dans une société en crise, qui, justement, a plus que jamais besoin d'eux
Alors il faut que Cornegidouille continue son chemin, c'est cela qui est juste.

Famille Grimaldi, spectateurs
Nous tenons à remercier Cornegidouille pour le plaisir procuré. La plupart du temps, nous nous sommes rendus aux représentations à l'aveugle, et à chaque fois, la magie a opéré.
Merci pour la diversité et la qualité des programmations.
Merci pour l'accueil chaleureux, la richesse des échanges ...

Christelle Rabache, médiathèque de Lucé
J'ai pris connaissance de votre inquiétude concernant l'avenir de Cornegidouille.
Il était important pour moi de vous faire part de mon ressenti par rapport à l'expérience enrichissante que j'ai vécu dans le cadre dette manifestation.
La médiathèque a participé durant plusieurs années à ce festival en accueillant dans ses murs des compagnies théâtrales pour une série de représentations. A chaque fois, les spectateurs ont accueilli ces spectacles avec enthousiasme, et Cornegidouille était devenu au fil du temps un rendez-vous incontournable.
C'était une précieuse opportunité pour de nombreux enfants d'accéder à des créations jeune public de qualité, et l'équipe de bibliothécaires a toujours pris beaucoup de plaisir dans cette fructueuse collaboration.
Je ne suis plus en charge à l'heure actuelle de l'Espace jeunesse, mais je garde un excellent souvenir de nos échanges, des rencontres que j'ai pu faire et du plaisir que j'ai lu dans les yeux des grands et des petits lors des différentes représentations.
Je vous souhaite l'issue la plus favorable possible.

Christophe Pénicaud, spectateurs
Nous avons vu au printemps dernier, grâce à Cornegidouille, un spectacle inoubliable, les Mains de Camille. Ce n'était pas le premier magnifique spectacle que nous avons vu par ce festival, mais celui-ci m'a particulièrement marqué.
Merci à tous et toutes qui font marcher ce merveilleux festival !

Amélie Ragot-Anne, spectatrice, maman de Timoté, Lalie, Gabin (8 et 6 ans, 6 mois)
Mon fils aime les Lego, le foot, les échecs et jouer à la DS. Ma fille aime dessiner, faire de la gym, parler à ses poupées.
Ils aiment aussi beaucoup Cornegidouille. Le nom les a d’abord bien amusé et étonné. Les quelques spectacles qu’ils ont vu les ont transporté dans d’autres univers. Je me souviens d’avoir entendu parler d’enfants marionnettes, Zazie et Max. Il a fallu acheter les livres dont le spectacle était adapté.
Ils ont parlé longtemps d’une poule bien vivante qui participait à un spectacle de danse. Ils ont essayé de faire des marionnettes avec leurs doigts. Ils en ont fait de très drôles avec des éponges suite à une fête l’an dernier après avoir vu un nuage grandeur nature descendu sur la terre.
A chaque fois, ils sont émerveillés, surpris, se posent plein de questions sur ce qu’ils ont vu, comment c’est fait… j’espère que leur petit frère connaîtra les mêmes sensations, les mêmes joies. Pour l’instant, il bave de plaisir devant son hochet.
Au fait, ils n’ont pas connu ce festival par leur école et ce n’est pas nous, leurs parents, qui les avons accompagné. Pas par manque d’envie non, mais tout simplement parce qu’il n’y a pas ce genre d’événement où nous habitons.
Nous ne vivons pas à Chartres, ni en Eure-et-Loir et nous n’avons pas la chance de pouvoir découvrir des spectacles pour enfant si originaux, si surprenants.
C’est évidemment dommage pour nous mais ce serait encore plus dommage que ce festival ne puisse continuer faute de subventions. J’espère que vous réussirez à le garder en vie pour que nous puissions profiter de temps en temps et pour que les grands et petits enfants de chez vous aient la chance de pouvoir y aller chaque année.

Albane Pouessel, éducatrice spécialisée
Ce festival est une chance pour tous, petits et grands! Je suis éducatrice spécialisée accompagnant des enfants ayant des troubles du comportement et de la personnalité.
Cornegidouille permet de s'évader, de rêver, d'imaginer, de rire, de prendre du bon temps mais aussi, pour les jeunes que j'accompagne, de s'asseoir aux côtés d'autres enfants et de profiter, de s'inclure (chose qui peut paraître banal pour beaucoup, mais qui apporte tellement dans l'évolution, le parcours d'enfants reconnus handicapés par la MDPH).
De plus, ce festival n'est pas seulement des spectacles qu’on regarde, c'est aussi des échanges avec les acteurs après chaque représentation, des ateliers qui permettent d'approfondir nos connaissances et de tisser des liens avec ces acteurs qui peuvent paraître inaccessibles le temps du spectacle. Cornegidouille nous dévoile le monde du spectacle comme nulle part ailleurs.
Bref, nous avons besoin de Cornegidouille pour continuer de rêver! Je pense que ce festival est un apport culturel rare et tellement bénéfique!
Aujourd'hui je travaille en Normandie et je peux certifier qu'aucun festival de cette qualité n'existe ici, c'est pourquoi il faut préserver ces biens rares!

Emmanuelle Péchenart, spectatrice
Cornegidouille, cela a été l'occasion pour moi de connaître des troupes enthousiasmantes, des spectacles qui font rêver, qui font réfléchir, qui ont fait grandir ma fille avec laquelle nous évoquons encore certains, vus il y a des années. Qui rendent intelligents, meilleurs et plus heureux.
Vivement Cornegidouille 2014, revenant ensoleiller l'année à cette époque où on en a tous tellement besoin !

Isabelle Hubert, spectatrice
STOP ! ARRETEZ DE SUPPRIMER CES MOMENTS FORTS QUI APPORTENT TELLEMENTS AUX ELEVES, AUX ENFANTS, AUX ADULTES... Ces moments d'échanges, de découverte, de respect... ENCORE !

Nadia Ben Ammar, spectatrice
Quel que soit le danger qui vous menace, merci de vous battre pour nous offrir vos merveilleux spectacles.

Marine Chaparro, enseignante
Durant mon année de CE2 à l'école primaire de Fontaine-Simon, je suis partie en classe culturelle à Chartres et j'ai vu plusieurs spectacles du festival Cornegidouille. J'en garde un bon souvenir et je souhaite que d'autres élèves profitent à leur tour de cette chance de pouvoir assister aux spectacles. Il ne faut pas supprimer ce festival.

Chrystel Chaparro, spectatrice
Mes enfants ont participé au festival Cornegidouille. Ils ont été émus, ils ont ri, applaudi. Parfois, ils n'ont pas aimé certains spectacles. Mais ils avaient toujours des choses à dire, des émotions à partager. Les spectacles proposés sont adaptés aux enfants. C'est très enrichissant.
Que le festival vive encore de nombreuses années !

Sophie Nuissier, spectatrice
Ce festival est une richesse du spectacle vivant qui vient à la rencontre des élèves de tous âges. Il doit poursuivre cette oeuvre du vrai, du réel dans ce monde de plus en plus virtuel !

Maguy Durand et son fils, spectateurs
Je me permets de vous envoyer le témoignage de mon fils : "Ayant eu la chance de participer il y a quelques années au festival Cornegidouille, celui-ci m'a permis de découvrir de différents univers artistiques et qui m'ont beaucoup plus"
Espérant vous venir en aide avec ce témoignage supplémentaire.

Anaïs Cabarat, spectatrice
Je viens d'être informée d'une possible cessation du Festival Cornegidouille, et j’en suis très déçue.
Je ne suis pas déçue uniquement pour ce que ce festival pouvait m'apporter personnellement, je suis déçue aussi pour ce que cet événement pouvait apporter à tous ces enfants et adolescents.
En effet, là où la culture de la scène devient de plus en plus méconnue, ce festival permettait à tous ces jeunes de découvrir les joies de la scène, à travers divers ateliers et spectacles qui les enrichissaient sur le point émotionnel, culturel et social. Le travail effectué avec tous ces professionnels donnait enfin un espoir à ces enfants de pouvoir, eux aussi, goûter à l'art du spectacle.
Je me rends enfin porte-parole de toute cette jeunesse pour vous demander de ne pas donner la mort à cet événement si enrichissant pour eux.

Corinne Dupuis, spectatrice
Habitant un village de campagne, les sorties avec les enfants sont limitées. Mais j'ai eu grand plaisir pendant quelques années à profiter des spectacles de Cornegidouille avec mes trois enfants.
Des spectacles divers et variés qui plaisent autant aux grands qu'aux petits : j'ai souvenir d'une sortie en famille, à un spectacle de marionnettes, auquel mes enfants encore petits alors se sont amusés des personnages, et mon mari et moi avons plus profité des jeux de mots bien tournés.
Bref, ayant profité pendant quelques années de Cornegidouille, je souhaite que d'autres puissent en faire autant, et, ce qui n'est pas négligeable en ces temps de crise, à des tarifs très intéressants.
Battez-vous.

Pauline Courties-Rémy, enseignante
Je viens d'apprendre que le festival était en danger. Je trouve que c'est vraiment dommage. Chaque année, on regarde le programme, on organise les sorties avec les enfants, avec la classe.
On se dit que c'est vraiment chouette qu'il y ait un tel festival en Eure et Loir, on en est même presque fier!
Alors vraiment....

Pierre-Louis Pinsard, enseignant, responsable de Luisant Jeunesses Musicales de France
J'apprends que l'avenir du festival Cornegidouille est compromis, du fait de problèmes de financement.
Je viens apporter là tout mon soutien à cette initiative culturelle, au plus proche des petits spectateurs, toujours dans une recherche de qualité, d'originalité et de réflexion.
Et tout cela pour des tarifs des plus raisonnables, pour que l'accès à la culture le soit pour TOUS.
Alors, je n'exprime qu'un seul vœu : que l'édition 2014 de Cornegidouille soit encore plus belle que les précédentes!

Sylvie Bridet, spectatrice
J'ai un souvenir enchanté d'un spectacle de Cornegidouille qui m'a fait oublier le titre de ce dernier. C'était il y a quelques années, un spectacle tendre et bienveillant, qui faisait peur aussi.
Mais surtout, il a eu lieu dans la salle des fêtes du foyer d'accueil chartrain. Je n'avais jamais mis les pieds dans ce lieu et j'ai été heureuse de partager ce moment avec des parents défavorisés parce que, pendant quarante-cinq minutes nous avons tous été, à égalité, des parents émerveillés.
Longue vie à Cornegidouille!

Ludovic Voisin, graphiste à CJ COM, créateur des bestioles cornegidouillesques
De la part de Mme Zoreille et de M. Noeil, ce message de soutien depuis le département d'à côté qui à grandes enjambées n'hésite pas à s'y déplacer !
Vive le festival Cornegidouille !!!
Les enfants, les petits et les grands, les vieux et les jeunes, les gens quoi ont besoin de moments et de rendez-vous comme vous savez les mettre en avant !
Vive le festival Cornegidouille !!!

Dominique Lecomte, directeur de l’agence de communication CJ COM
Les combats pour exister se multiplient !
Nous sommes très heureux et fiers d’accompagner ce beau festival, d’avoir donné vie à ces petits personnages intrépides et militants depuis quelques années qui s’affichaient fièrement aux 4 coins du département.
Surpris et déçus qu’ils puissent disparaitre comme ça !
A vos côtés.

Sabine Rosnay, COMPAGNIE PASSAGES
C'est grâce au festival "Cornegidouille" que notre compagnie a vécu une de ses plus belles expériences.
Outre que nous avons eu l'occasion de re-travailler et peaufiner notre spectacle "Parles-tu poème?" avec l'aide de regards extérieurs bienveillants et compétents (Marion Maret et Eric Larzat), c'est surtout le fait d'avoir été en résidence au Foyer d'Accueil Chartrain qui nous aura bouleversés, marqués et qui aura fait avancer notre réflexion sur l'accès à la culture pour tous et sur le partage des cultures.
La journée, nous travaillions, déjeunions au bar associatif, proposions des ateliers d'ombres pour les enfants et le soir nous improvisions dans ce même bar des rencontres avec les résidents du foyer. Rencontres autour des mots (ateliers sauvages d'écriture poétique), soirée cabaret partagés avec des personnes à qui la langue de Mac Orlan, de Bob Kaufman ou de Nazim Hikmet parle directement au coeur...
Ces rencontres ont permis que de nombreux résidents aient envie de se mélanger aux autres spectateurs pour voir notre spectacle lors des représentations publiques données dans le cadre du festival Cornegidouille.
Merci à l'équipe de Cornegidouille.

Eve Ledig, responsable artistique LE FIL ROUGE THÉÂTRE
Merci au festival Cornegidouille d'EXISTER.
Que deviendrons-nous, nous, les compagnies, si ce festival est affaibli?
Porté avec une belle ténacité par cette équipe, depuis ses débuts, il tisse et crée des liens forts entre les propositions artistiques des compagnies et les publics enfants et adultes réunis.
Tous mes vœux pour que Cornegidouille continue d'exister, d'être soutenu comme il le mérite, vraiment!

Richard graille, chanteur, musicien
Le festival Cornegidouille est un phare de culture et d'épanouissement pour de nombreux enfants.
Une équipe de passionnés et de professionnels le porte à bout de bras depuis de nombreuses années.
Je suis solidaire de ce festival qui m'a notamment permis de rencontrer un public curieux et grandi par leur désir de voir le monde.

Laurence Salvadori, COMPAGNIE OURAGANE
Cornegidouille, quel drôle de nom! Une spécialité culinaire? Un instrument de musique? Un animal? Un outil?
Non, un festival! Une équipe aussi... Un festival qui s'installe partout où il peut, dans des salles de spectacle mais aussi en milieu rural, dans des lieux isolés, pour apporter le rêve et la poésie...
En tant que compagnie, nous avons adoré ces rencontres avec le public dans les petits villages, croisé des visages ravis dans des salles toujours pleines, et des gens enthousiastes et heureux de rencontrer des artistes chez eux.
Une démarche qui a du sens et que nous souhaitons voir se poursuivre encore, parce que notre société a d'autant plus besoin du spectacle, que le climat est à la morosité.
Longue vie à Cornegidouille et que le spectacle continue!

Jacques Kraemer, COMPAGNIE JACQUES KRAEMER
J’imagine les trésors d’énergie et de dévouement qu’il a fallu déployer pendant des Saisons pour faire vivre ce Festival exigeant artistiquement et démocratique dans son projet. On ne peut que serrer les pouces pour que l’action entreprise soit poursuivie et que les difficultés soient surmontées.
Je vous assure de toute mon estime et de tout mon soutien.

Stéphane Fortin, THEATRE BASCULE
Cornegidouille !!
C'est une vraie évidence de dire que c'est un acteur culturel fort, pertinent sur le département d'Eure et Loir depuis plus d'une dizaine d'années.
Fort car indispensable.
Indispensable car complémentaire en s'inscrivant sur un projet qui se distingue des autres lieux de programmation de la région.
Un projet qui s'est construit dans la durée pour aller là où le spectacle vivant n'est pas, ne peut pas toujours être présent.
Un projet qui s'est construit avec diverses structures locales pour faire aboutir des rendez-vous avec le public, culturels et artistiques.
Un projet qui s'est construit sur un territoire dans le souci de toujours faire découvrir de nouveaux artistes, de nouveaux univers mais aussi de créer des fidélités avec les artistes.
Cornegidouille a su jusqu'à aujourd'hui mener une vraie mission culturelle et artistique en combinant des rendez-vous populaires et des oeuvres le plus souvent exigeantes, en tout cas dans le respect du public concerné: le jeune public et leurs familles.
Notre compagnie, le THEATRE BASCULE a eu la chance d'être tout d'abord nouveau venu chez les gidouilles et partenaire dans la durée.
Que cela continue, Cornegidouiiiilllle !!!

Agnès Célerier, CIE JÉROME THOMAS
C'est une nouvelle bien triste, qu'un Festival comme Cornegidouille soit menacé, c'est un bel espace de rencontre entre le public et les artistes, et ces espaces-là sont essentiels au sein des villes, aujourd'hui plus que jamais !
Nous avons eu le plaisir de participer au festival et nous l'avons aimé, pour la qualité de son accueil, pour la qualité du dialogue entre enfants et adultes qu'il permettait.
la culture est plus que jamais le ciment de notre société et nous devons défendre ceux qui travaillent à ce qu'elle le reste !
Vive cornegidouille !

Pierre Badaroux, CIE (MIC) ZZAJ
Un festival en danger de disparition, ce n'est pas une bonne nouvelle. Un festival en danger dont l'équipe prend le temps d'écouter, de découvrir, d'être attentif aux artistes et à leurs propositions artistiques, c'est encore une plus mauvaises nouvelle.
Un projet en danger, lorsqu'il est porté par des gens investis, passionnés, c'est vraiment une très mauvaise nouvelle.
Parce que finalement, ce sont les spectateurs, adultes et enfants, qui perdront la possibilité d'être émus par de belles choses, de pouvoir porter un regard différent sur des événements que le théâtre, la musique, la danse, les marionnettes, le cirque… ou tout ça à la fois leur auront fait découvrir…autrement, avec des mots et une grammaire différente de celle du quotidien.
C'est ça l'art, c'est utile à tout le monde, et il faut des professionnels qui font l'interface entre artistes et publics pour que l'on puisse, à la fois, faire connaître et découvrir.
La compagnie (Mic)zzaj a eu la chance d'être écoutée, soutenue par le festival Cornegidouille, par la FOL 28, par des bénévoles, des enseignants… Alors, c'est facile de dire que ces gens sont biens et qu'il ne faut pas que leur festival disparaisse…mais pourtant, non.
Ces gens ne font pas leur travail à moitié, ils le font honnêtement, ils le font en étant attentifs à porter du sens à leurs actes. Ils le font pour que cela apporte cette petite différence, ce petit plus, cette émotion à ceux qui découvriront le spectacle qu'ils ont choisi. Ils se battent certainement quotidiennement pour transmettre, de mille et une façons, ce qu'ils ont vu, entendu, aimé.
Leur travail, leur action, apporte du sens à cette question de vivre ensemble que les "politiques", ceux qui s'occupent de la Cité, doivent interroger quotidiennement.
Alors, pour toutes ces raisons, j'ai envie de défendre ce festival et le travail de ceux qui le font.

Jean-Kristoff Camps
En mars 2006, je suis venu jouer au festival Cornegidouille le spectacle Les musiques de cirque de monsieur Titou. Musicien/compositeur, explorateur d’un théâtre sonore, je ne suis pas un spécialiste des formes « jeune public », mais à la création, il s’est révélé que cette proposition séduisait les enfants comme les adultes.
C’était en 2006, mais je m’en souviens bien tant l’accueil fut agréable. Il est parfois difficile de jouer devant un public jeune si celui-ci n’est pas habitué à aller au spectacle. A Cornegidouille, l’attention des enfants montrait qu’ils étaient habitués, j’oserai dire « formés » au spectacle.
Depuis, inventer des formes qui s’adressent aux adultes mais aussi, avec une autre lecture aux enfants m’intéresse. Les musiques de cirque de monsieur Titou se jouent dans un micro chapiteau pour une petite jauge (des séances pour 10 personnes répétées plusieurs fois dans la journée). Cela ne simplifie pas la logistique de l’organisateur qui doit créer des petits groupes, alors que souvent les enfants sont réunis dans des groupes plus nombreux (classes de 30 enfants, ou groupe d’un centre de loisirs).
A Cornegidouille ce « handicap » n’a pas arrêté les organisateurs. Les propositions artistiques peuvent être variées dans leur jauge ou leur scénographie, et que la pluralité des expériences est une richesse qui mérite d’être présentée. Adulte, ce public sans doute exigeant saura apprécier des formes étonnantes, non conventionnelles, innovantes et qui ouvrent l’esprit.
Ce festival est installé depuis de nombreuses années dans le paysage jeune public.
Je souhaite encore longue vie à Cornegidouille !

COMPAGNIE LES ANGES AU PLAFOND
C’est avec plaisir que nous écrivons ce courrier pour témoigner du formidable travail accompli par l’équipe du Festival Cornegidouille avec son réseau de salles partenaires et de la pertinence de leurs actions.
Amorcée par l’accueil du spectacle Les nuits polaires lors des éditions 2008 et 2011, notre collaboration s’est poursuivie en 2009 lorsque nous avons joué Une Antigone de papier ; puis le festival en partenariat avec l’Espace Soutine a accueilli en préachat Au fil d’Œdipe en 2010 et Les mains de Camille lors de l’édition 2013.
Cette fidélité et cette confiance sont déterminantes : elles nous permettent de créer un lien avec le public qui suit le travail de la compagnie sur plusieurs créations et nous apportent un soutien financier et une visibilité avant même la création du spectacle, offrant ainsi les conditions indispensables à une large diffusion.
Notre relation a également permis de tisser des liens porteurs de sens, entre nos équipes et les différents publics rencontrés lors de belles séries de représentations. Chaque venue a été l’occasion d’apprécier la qualité du travail mené par les équipes impliquées, du festival et des lieux, aussi bien concernant les actions artistiques et culturelles que de l’accueil des compagnies invitées.
Nous espérons que l’équipe du festival Cornegidouille aura les moyens de poursuivre son action en direction des publics ainsi que son soutien aux artistes dans une pluralité de disciplines et de formes.

Julie Antoine, COMÉDIENNE
Mon nom est Julie Antoine, je suis une comédienne marionnettiste belge. Travaillant principalement en théâtre jeune public, j'ai eu l'occasion de tourner beaucoup en Belgique et à l'étranger avec différents spectacles. J'ai eu la chance de passer à deux reprises au festival de Cornegidouille avec le Tof Théâtre et la cie 36,37.
J'apprends aujourd'hui que le festival est en danger et je tiens à dire à quel point ce festival doit absolument perdurer!!!
Que la fameuse "crise" a plus que besoin de ce genre d'événements!!!
J'ai rarement rencontré une équipe aussi généreuse et engagée dans sa démarche culturelle, en prenant grand soin de l'accueil qu'elle réserve à ses artistes.
J'ai un souvenir inoubliable d'une représentation de Premier Pas sur la Dune à Mainvilliers, qui m'a marquée par la grande diversité de ce public "familial", diversité tant culturelle que générationnelle. Cette salle de spectateurs pleine est la preuve d'une vraie curiosité que le festival a su susciter chez les habitants des environs, la preuve d'une programmation réfléchie en fonction de son public, sans manquer d'audace pour autant (cf mon deuxième passage au festival avec Zazie et Max, spectacle sur les stéréotypes de genres). Musique, théâtre et gratuité pour les jeunes jusque 15 ans si je ne me trompe...
Nooooooooon !!!! Ce festival NE PEUT PAS DISPARAITRE !!!!!!

Marion Maret, COMPAGNIE LILI BOM
J'apprends que le festival Cornegidouille est actuellement menacé d'une baisse drastique de sa subvention .
Ce festival je l'ai fréquenté pendant 10 ans comme spectatrice et comme artiste. J'ai été plus d'une fois émerveillée, surprise, enchantée, bousculée, autant sur les formes proposées que sur leur propos.
Il est rare de pouvoir disposer d'une programmation de si grande qualité pour nos enfants et pour les grands enfants que nous sommes.
Il est rare de voir un artiste qui se produit mondialement accepter de venir jouer en Eure-et-Loir et pourtant le festival Cornegidouille l'a fait! Ce festival a su organiser avec un grand professionnalisme, des spectacles, des rencontres, des créations, des résidences d'artistes.
Je regrette profondément cette décision et j'espère qu'elle ne sera pas approuvée lors du vote du budget culture du Conseil Général.

Fabienne Tournier, vigie de la COMPAGNIE DIDASCALIE
Je me souviens que nous sommes venus à Cornegidouille au Printemps 2008.
Je me souviens qu’on a présenté notre création de l’année D’abandonnure.
Je me souviens que nous étions fiers, Bruno Castan l’auteur, Vincent Morieux l’interprète metteur en scène et tout ce qu’il faut à côté de compagnie pour que ça marche.
Je me souviens du public nombreux et des professionnels dans le superbe théâtre du Lycée Jehan de Beauce à Chartres.
Je me souviens notamment de la tournée qui a suivi à Chartres et à Châteaudun au centre de détention. Quand un spectacle est vu et qu’il plaît ce qui fut le cas, forcément il tourne.
Je me souviens que le festival a permis à D’abandonnure de faire ses premiers pas. Solide bien campé sur ses rêves.
Je me souviens de l’équipe du festival, attentive et sensible la tête dans les étoiles mais les pieds bien sur terre. Ce n’est pas rien d’organiser un Festival.
Je me souviens avoir appris que le festival en danger. Qu’il risque l’abandonnure.
Je me souviens que j’ai frémi dans ma tête de compagnie.
Je me souviens qu’il ne faut pas abandonner le théâtre encore moins aujourd’hui que jamais.
Je me souviens qu’on a besoin de ces plateaux pour dire encore…
Je me souviens …

Vincent Vergone, PRAXINOSCOPE THÉÂTRE
Je ne connais pas les motifs qui menacent Cornegidouille, je ne peux que les déplorer.
Tant de festivals, d'associations, de compagnies, de lieux culturels sont emportés par le vent mauvais de la déraison.
Faut-il donc se résigner à apporter des fleurs sur la tombe de nos rêves?
Est-ce cela le pragmatisme, le principe de réalité ou bien ne faudrait-il pas rêver plus fort encore face à un monde qui perd la raison, qui perd tout sens ?
 nos enfants, faudrait-il donc laisser en présent un monde vide de sens ?

Florence Barillot-Kratchkovsky, COMPAGNIE DU SPECTACLE DE POCHE
Halte au massacre !!!
S’il vous plaît…
Parce que ma colère d’artiste, de citoyenne et de mère m’empêche d’être subtile… je laisse la parole à d’autres qui légitiment, par leurs propos, l’état d’indignation dans le quel me plonge la nouvelle d’une mise en danger de Cornegidouille.
« La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert » ANDRÉ MALRAUX
« Le théâtre est une nourriture aussi indispensable à la vie que le pain et le vin…le théâtre est donc, au premier chef, un service public. Tout comme le gaz, l’eau, l’électricité » JEAN VILAR
« Le théâtre soutient l’âme » CHARLIE CHAPLIN
« Le théâtre doit être une lumière pour l’intelligence » ROMAIN ROLLAND
« Le théâtre est indispensable à ce qui nous rend humain » EDWARD BOND
« Le théâtre en tant que forme d’art ne peut pas disparaître, pour la simple raison que les gens en ont besoin » ODON VON HORVATH
« Pour représenter le monde entier, sa grandeur, il faut la petitesse du théâtre » ANTOINE VITEZ
« Condamnés à expliquer le mystère de leur vie, les hommes ont inventé le théâtre » LOUIS JOUVET
« Le théâtre est un point d’optique. Tout ce qui existe dans le monde, dans l’histoire, dans la vie, dans l’homme, tout doit et peut s’y réfléchir, mais sous la baguette magique de l’art » VICTOR HUGO
« Le théâtre doit faire de la pensée le pain de la foule » VICTOR HUGO
« Une pièce de théâtre, c’est quelqu’un. C’est une voix qui parle, c’est un esprit qui éclaire, c’est une conscience qui avertit » VICTOR HUGO
« Aller au théâtre est une habitude essentielle pour le développement de l’esprit » BRUNO BETTELHEIM
« Le théâtre rassemble des gens venus écouter un cri qui va les bouleverser » WADJ MOUAWAD
« Le théâtre est un foyer spirituel de la communauté humaine, le point de cristallisation de sa vie spirituelle, un espace de liberté et de son contentement »VACLAV HAVEL
« Une pièce de théâtre a le pouvoir de capter toutes les nombreuses sortes d’êtres humains qui composent un public et elle peut les rassembler dans une seule et unique expérience » PETER BROOK
« le théâtre est un endroit où la pensée humaine peut avancer, un endroit où l’homme qui entre n’est pas le même que celui qui sort » MICHEL DIDYM
« Le théâtre est une école de larmes et de rires, une tribune libre où l’on peut défendre des morales anciennes ou équivoques et dégager, aux moyens d’exemples vivants, les lois éternelles du cœur et des sentiments de l’homme » FEDERICO GARCIA LORCA
« Faire du théâtre, c’est se mettre à l’écoute du monde, pour en être la caisse de résonance » LAURENT TERZIEFF
« Le théâtre est le moyen le plus actif et le plus prompt d’armer invisiblement les forces de la raison humaine et de jeter tout à coup sur un peuple une grande lumière » LOUIS-SÉBASTIEN MERCIER
« Le théâtre ne dit jamais la vérité mais c’est parce qu’il ne dit pas la vérité qu’il engage le spectateur à trouver la sienne » ANDRÉ STEIGER
« Le devoir du théâtre et de ses serviteurs, dignes ou indignes, sera toujours celui d’affirmer l’engagement des ressources intérieures conscientes ou inconscientes de l’être humain » PETER BROOK
« Le théâtre ne relève pas de la chasse à l’homme mais de la quête de l’être » CLAUDE-HENRI BUFFARD
« Le théâtre reste un lieu où on n’expose pas un produit fini mais où le spectateur vit une expérience intime » ADEL HAKIM
« Le théâtre demeure un des rares espaces où il est encore possible de réfléchir devant et avec les autres » GEORGES LAVAUDANT
Rencontrer une Antigone sur scène a, me semble-t-il, plus de chance de faire grandir un adolescent qu’une Nabila sur un écran…non ?!
Comment peut-on imaginer et accepter sans frémir la disparition de Cornegidouille. Ce festival qui, depuis des années, a donné accès et a nourri, dans un esprit laïc et démocratique, des milliers d’enfants et d’adolescents de notre territoire. Les générations futures n’ont-elles pas les mêmes droits que les précédentes ?!
Cela n’a pas de sens.

Max Vandervorst, LUTHIER SAUVAGE et PATAMUSICIEN
J’ai eu l’occasion de participer artistiquement au Festival Cornegidouille il y a quelques années et j’en garde un excellent souvenir.
Un bel accueil et une programmation variée, antidote salvateur à consommation culturelle dominante.
Longue vie à Cornegidouille!!!

THOMAS GAUBIAC, COMPAGNIE ROSA M
« J’ai toujours été plus heureux dans l’art que dans la nature, pendant toute ma vie j’ai trouvé la nature inquiétante, je me suis toujours senti en sécurité dans l’art. » THOMAS BERNHARD
Ce soir, je suis triste.
Triste en pensant à ceux, enfants, qui n’auront plus accès à l’art, à ce possible regard critique sur le Monde.
Cornegidouille allait à leur rencontre, avec un projet où l’art scénique, l’art vivant alliant exigence et point de vue, loin des programmations lisses qui envahissent les scènes, était au centre.
Oui, je suis triste et des souvenirs de spectateurs m’envahissent. Je pense aux travaux de Joël Pommerat, de Johanny Bert, de la compagnie Les Anges au Plafond, de Jean-Michel Rabeux, de Dominique Hervieu et José Montalvo chorégraphes…
Je me souviens encore d’Anne Sylvestre venue rencontrer la classe d’enfants qui avaient travaillé sur ses Fabulettes. Je me souviens de l’échange, de la joie partagée, présence rare, mais présence fêtée quelques jours en Eure-et-Loir.
Fierté de cela Cornegidouille.
Je pourrais en citer bien d’autres car il y en a eu d’autres qui ont réjoui, enchanté, questionné.
Ils sont venus aussi chercher, écrire, construire leurs travaux de scène : soutenus dans l’acte de création, co-produits, accueillis en résidence.
Espaces leur étaient offerts aux artistes pour exercer leur art. Confiance et attention. L’artiste-créateur au centre des enjeux de ce festival où toujours le souci, toujours, était de faire partager au plus grand nombre son art.
Un art pour tous, du plus jeune au plus défavorisé, c’était, il me semble, le projet de Cornegidouille. En quelques dix années, il y a eu preuves de sa réalité.
Alors on voudrait que cela s’arrête.
C’est la crise. On le dit.
Il y a de quoi être triste.
L’art vivant pertinent, exigeant, disparaît lentement de ce territoire. Je m’inquiète.
Le jeune spectateur d’aujourd’hui peut être le spectateur de demain. Un spectateur curieux sensible à des exigences esthétiques, loin des canons télévisuels.
Un regard averti, sensible aux dissonances du Monde…….. ça n’a pas de prix.

 

 

 




 

Bidouilles pédagogiques - programme du festival - croq' - gidouilles - informations pratiques - réservations en ligne - archives - contact



 

>